Devenir Mac Gyver.

Skate électrique & bricolage !

Et un jour arrive une prise de conscience : un skate électrique est une machinerie complexe (les moteurs sous forme de Hubs, c’est à dire dans les roues ; un contrôleur de batterie…)

Quand cette prise de conscience arrive-t-elle ? Quand vous tombez en panne ou vous avez un accident. Je vais traiter dans ce petit billet du premier point.

Car quand vous tombez en panne, soit vous êtes un bricoleur, soit vous le devenez. Soit vous reléguez vos problèmes à un « garagiste », encore faut-il qu’il soit en France (je pense à Evolve qui a une base solide dans le région parisienne, et prend semble-t-il plutôt bien en charge les problèmes de leurs clients, ou certains revendeurs dont les services clients sont de qualité variable).

Mais quand vous avez acheté votre eskate sur internet d’une vague société basée à l’étranger (le plus souvent en Chine), et que vous avez un problème (votre batterie ne se recharge plus, des bruits suspects sont à explorer côté moteur, une roue sur deux fonctionne…), vous allez découvrir ce que c’est qu’un service client à distance, par email, en anglais… quand la marque daigne répondre. Ce sera l’objet d’un autre billet 😉

Et quand cela arrive, ce qui est passionnant au demeurant, il va falloir se retrousser les manches, demander à la communauté (esk8.fr est réputée pour cela), passer de tutoriels au tourne-vis.

Bref, ne croyez pas que ce soit une long fleuve tranquille. Mais sachez que c’est un voyage passionnant et je dirais nécessaire. Car sinon vous n’êtes qu’un consommateur. Pas un Rider. Personnellement, je suis dans la phase d’apprentissage, partant de 0. Je remercie au passages les nombreuses personnes qui m’aident dans cette progression, des marques aux riders expérimentés en passant par les collègues en trottinettes et gyropodes. 

Pour celles et ceux qui utilisent leur eskate au quotidien, ayant le reflexe de :

– rider respectueusement en prenant conscience du matériel (humidité, poids, composants électroniques et chimiques « sous le capot »)

– prendre soin de votre matériel par un entretien régulier, si ce n’est systématique ; vous êtes en grande partie responsable du bon fonctionnement de votre eskate

– vous préparer psychologiquement à cette éventualité (la question n’est pas si elle va arriver mais quand et à quelle fréquence)

– avoir une solution de rechange (le vélo, un abonnement velib, un eskate de back-up…) car comme toute machine, elle tombe en panne. 

News & articles.

Découvrez les nouvelles, conseils, articles de fond, revues de presse…