4 morts et 580 blessés

Rentrée 2020 : 4 morts et 580 blessés depuis le début de l’année 2020

Ce matin je découvre un article du Parisien qui titre « Deux cyclistes tués en 24 heures à Paris » et quelques heures plus tard, en balade avec mon Eskate, j’aide en face du Bataclan avec d’autres passants un homme qui a fait une violente chute à vélo, sans casque. Cette journée spéciale mérité un petit rappel de l’actualité et des gestes à faire (une interview des services d’urgence est à l’étude).

Chiffres clés rappelés dans l’article rapportés par la Préfécture de Police:
– essor du vélo depuis le déconfinement : + 60%
– nombre de cyclistes accidentés : + 30 % (par rapport à 2019), soit 580 blessés depuis le début de l’année 2020
Le Parisiens souligne qu’il s’agit des « cas répertoriés, qui ont nécessité une prise en charge médicale ou l’intervention de la police. »
– aucun mort à déplorer jusqu’au 12 août (un chauffard fuyant la police)
– pour la moitié des accidents impliquant un cycliste, « la responsabilité incombe aux autres usagers de la route (poids lourd, voitures, scooters). »
– ce we de mi-septembre a vu 2 cyclistes tués, ce qui porte, d’après la Préfecture de Police le nombre de morts à Paris à 4 en 2020
– 6 cyclistes morts en 2019
– 3 cyclistes morts en 2018
– nombre de PV pour sensibiliser les cyclistes à la sécurité (infractions telles que le port d’écouteurs (135 euros d’amende) ou le non-respect des feux rouges) : x 3 en 2020.

Voici l’accident, terrible et somme toute banal, décrit par Le Parisien : « Samedi, vers 18 heures, un cycliste de 35 ans qui roulait sur la piste cyclable du quai Anatole-France (7e) a chuté accidentellement. Il a alors fini sa course au-delà de la piste protégée, avant d’être percuté par une voiture qui passait à ce moment-là. Quand les pompiers sont arrivés sur place, l’homme était déjà décédé. »

Ce que je constate, avec également cette femme de 25 ans circulant à vélo fauchée par un véhicule rue de Tanger (19e) le dimanche, c’est que :
les accidents les plus dangereux sont liés à la voiture, un choc ne pardonnant pas puisque « les secours n’ont pu que constater le décès dans les deux cas. » Il n’y a pas de juste milieu.
– les automobilistes qui s’habituent aux nouveaux tracés et fatiguent nous poussent à jouer encore et toujours la prudence. Dans le doute, je m’arrête. Au moindre doute, je m’arrête. Là aussi c’est binaire.
– ce volume massif de cyclistes qui apprend ou réapprend les règles de la route, légales et morales, nous incite à la plus grand prudence.

Revenons à notre accident cette après midi :
– ce qui est remarquable est le soin porté dès qu’une personne est accidentée ; quand je suis arrivé avec mon Eskate quelques secondes après les faits, une personne avait déjà bloqué le passage par une poubelle pour dérouter le flux de cyclistes et EDPM ; une dame était en ligne avec les pompiers ; deux hommes étaient à ses côtés.
– j’ai vérifié qu’il n’y avait pas de sang au niveau de la tête puis ai privilégié les tests que les pompiers à leur arrivée (10 bonnes minutes après, circulation aidant) ont recommencé avec leur savoir- faire (« bougez vos doigts de pieds, vos doigts », « où est la douleur ? Est ce que la douleur évolue ») ; ces informations ont été transmises par téléphone aux urgences
– et j’ai surtout veillé à l’immobiliser pour qu’il ne bouge pas la tête, le rassurer (nous avons appelé sa femme ensemble, sans l’affoler de manière excessive, car il devait récupérer sa petite fille de 5 ans ; ranger son vélo dans un magasin à proximité), le maintenir conscient en lui parlant en permanence et lui demandant de garder les yeux ouverts.
– la cause est banale, avec un passant qui a touché légèrement l’épaule du cycliste qui a été déséquilibré et a chuté, ce passant protégeant sa femme enceinte qui allait s’avancer sur le passage piéton
– ce travail d’équipe avec un autre cycliste, un monsieur en trottinette (qui avait son casque), une passante a été marqué par l’arrivée des pompiers auxquels nous avons laissé la place d’opérer.

Protégez vous avec AU MINIMUM un casque ET les comportements adaptés. Laissez de la place entre vous et les autres pour éviter de toucher ou votre sac à dos de raccrocher quelques chose. Prenez soin de vous et des autres.

Source : Article « Deux cyclistes tués en 24 heures à Paris » de Sébastian Compagnon, avec Laura Wojcik, publié le 15 septembre 2020

News & articles.

Découvrez les nouvelles, conseils, articles de fond, revues de presse…